Marseille: un enseignant se suicide en laissant une lettre critique sur le métier



La nouvelle jette un froid en cette veille de rentrée scolaire. Un professeur d'électronique d'un lycée marseillais a mis fin à ses jours dimanche, un geste qu'il a expliqué dans une lettre par son «incompréhension face à l'évolution du métier».

Agé de 55 ans, cet enseignant en série STI2D (Sciences et technologies industrielles et du développement durable) du lycée Antonin Artaud (13e) s'est donné la mort à son domicile, «à la veille de la pré-rentrée», relève le Snes-FSU dans un communiqué.(...)

Il n'était pas spécialement «dépressif», mais se montrait «extrêmement critique, comme nombre de ses collègues», à la fois sur la formation STI2D et sur le métier en général, selon le syndicaliste.

Dans sa lettre, ajoute M. Barlatier, il déplore le fait que «le métier d'enseignant évolue vers un métier d'exécution, alors que lui avait été recruté pour un métier de conception où il était maître de son travail». (...)

Lire l'intégralité de l'article sur leparisien.fr

Une enseignante retrouvée pendue dans sa salle de classe


Une enseignante d'une cinquantaine d'années a été retrouvée pendue dans sa salle de classe lundi à Villeneuve-Saint-Germain, dans l'Aisne, près de Soissons. Cette enseignante de bio-technologie, célibataire et sans enfants, "s'est suicidée dans sa classe, probablement entre 12h et 14h, puisqu'elle n'a pas assisté à une réunion qui avait lieu à 13h avec ses collègues", a expliqué le rectorat.

Lire la suite sur RTL.fr

Violence scolaire, la police aux portes des écoles ?


Le debat du jour - 14/11/2012
(19:31)

Invités de l'émission

 - Véronique Bouzou, enseignante, professeur de français dans le secondaire en région parisienne depuis 15 ans, auteur de Ces profs qu'on assassine (il y a 4 ou 5 ans), et auteur du plus récent, Je suis une prof réac et fière de l’être chez La boîte à Pandore (sortie en juin 2012)
- Claude de Ganay, député du Loiret (UMP), maire de Dampierre-en-Burly (Loiret)
- Christophe Soullez, directeur de l'ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales) qui dépend de l’INHESJ (Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice), co-auteur avec Alain Bauer de Une histoire criminelle de la France (Odile Jacob avril 2012) et de La criminologie pour les Nuls (First, octobre 2012)
- Eric Debarbieux, délégué ministériel en charge de la Prévention et de la Lutte contre les violences en milieu scolaire.

Copé-Fillon : qui se soucie vraiment des profs de droite ?



Dimanche 18 novembre on connaîtra le nom de celui que les militants de l'UMP auront désigné à la présidence de leur mouvement. Qui de Jean-François Copé ou de François Fillon se sera montré le plus à l'écoute des enseignants qui se situent à droite sur l'échiquier politique pendant cette campagne électorale...?
Valérie Pécresse, future secrétaire générale de l’UMP en cas de victoire de François Fillon, a émis le 3 octobre dernier le souhait de rencontrer les dirigeants de l’association Profs de droite et fiers de l’être ! dans son bureau à l’Assemblée nationale. Invitation à laquelle j’ai répondu présente en tant que présidente de l’association, accompagnée d’un membre du comité de direction. L’entretien, cordial, a duré une dizaine de minutes. À l’issue de celui-ci, Valérie Pécresse nous a demandé si nous désirions rencontrer François Fillon, ce que nous avons accepté !

Lire la suite et réagir sur Les Echos.fr

Tempête sous un crâne



J'ai visionné ce long-métrage documentaire sorti en salles le 24 octobre 2012. Il a le mérite de réfléter avec objectivité l'ambiance d'une salle de classe et les difficultés qu'éprouvent les enseignants à transmettre des connaissances devant des élèves indisciplinés.

Vers un mouvement des citoyens de droite… pour lutter contre la gauche bien-pensante ?



L’association Profs de droite et fiers de l’être !  prend acte de la création d’un syndicat de magistrats de droite baptisé Magistrats pour la Justice. Les enseignants qui se situent à droite sur l’échiquier politique ne sont donc pas les seuls représentants de la société civile à ressentir le besoin de se regrouper.

Outre les enseignants et les magistrats, d’autres professions dites "intellectuelles" comme les journalistes, les écrivains ou les artistes, témoignent régulièrement des réelles difficultés qu’ils rencontrent et des nombreuses pressions qu’ils subissent dans l’exercice de leurs fonctions simplement pour avoir affiché un jour sur leur lieu de travail leurs convictions politiques.

Nous vivons pourtant en démocratie et il est anormal que la gauche ait le monopole de la pensée, de la culture, des médias, de l’école, des syndicats ou encore de la justice. Toutes les initiatives allant dans le sens d’une meilleure représentativité des citoyens de droite, que ce soit dans les salles des profs, les comités de rédactions, les prétoires des tribunaux ou les plateaux TV sont donc les bienvenues.

L'union fait la force

 Il est enfin grand temps que les citoyens de droite prennent leur destin en main, eux qui partagent des valeurs communes telles que l’esprit d’initiative, l’autorité, la méritocratie ou l'attachement à leur identité, et qui se battent au quotidien contre l’assistanat, la culture de l’excuse, l’égalitarisme ou le communautarisme. Mais par souci d’efficacité, ne leur faudrait-il pas coordonner leurs actions et faire ainsi en sorte que la parole des citoyens de droite en général puisse se libérer ?

En attendant que des actions communes puissent être envisagées, l’association Profs de droite et fiers de l’être ! a décidé de créer sur son site internet www.profsdedroite.com une nouvelle rubrique intitulée "Citoyens de droite" pour communiquer sur les initiatives existantes et faire circuler les témoignages des principaux intéressés.