Rechercher dans ce blog

Pour en finir avec la violence à l'école



3 commentaires:

  1. Je partage votre analyse de la situation actuelle locale ou nationale, mais je suis beaucoup plus pessimiste que vous et pense que le point de non-retour est atteint : violence, résultats scolaires et solutions à mettre en place…. Nous sommes dans un état proche de « Barrage contre le Pacifique »…. Les mesures prises au sein de l’école ne peuvent s’inscrire que dans une prise de conscience de la Nation en entier et je crains que les responsables de cette situation continuent de parler fort, inutilement et en masquant leurs fautes. Les apprentis sorciers n’acceptent jamais de dire qu’ils ont commis des erreurs il y a 25 ou 30 ans, ils préfèrent parler de ‘’moyens, postes, programmes et autres DHG’’…. Je suis d’accord avec le fait qu’un élève exclu doit rester chez lui pour l’année et travaille par internet, mais attention, ils vont être stigmatisés, sujets au racisme et bannis …. Les belles âmes ne l’accepteront pas, celles qui parlaient de collège ouvert sur la cité, de méthodes actives , de flicage avec les caméras de vidéo-protection, d’enfant au centre du système éducatif ….

    Les tenants de Piaget, les lecteurs de « Libres enfants… », les héritiers de Dolto et les apôtres de Mérieu ont pris le dessus, ils ont conduit la catastrophe, ils s’en laveront les mains en accusant le Ministre de ne pas recruter assez de GO !

    Pendant ce temps là, effectivement, on assassinera les dernières illusions de ceux qui aiment encore l’école de la République.

    RépondreSupprimer
  2. Il y a beaucoup plus simple,réinstaurer la barriere du certificat d'étude et des 4 fautes éliminatoires,une séléction à l'ancienne.
    Néenmoins cela aura,à long terme,comme conséquences de déplacer le violence dans la rue et dans les quartiers.....il faut un ensemble de mesures et je pense que revenir à la socièté d'antant ou les mauvais éléves travaillaient plus tot et les élites étudiaient longtemps être la seule solution,extrème mais possible à mettre en place et à appliquer,le metier de professeur redeviendra agréable et attirant.
    Un mauvais éléve qui n'aime pas les profs (souvent injuste et peu formés aux problèmes psy) mais qui ne leur veut pas de mal cordialement votre.

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir,
    je suis également enseignant au LP dans le val de marne et travaille sur le décrochage scolaire.Je vous ai écouté sur France culture ,Répliques .
    Vous évoquez beaucoup de sujets : immigration , violence , école, laicité…Vous critiquez l’institution jamais les profs et leur individualisme, l’absence d’équipe pédagogique, de réelle collaboration vie scolaire/profs, d’échange sur les pratiques : évaluation, appréciation des élèves, tutorat etc.Rétablir les valeurs de la république, c’est trés trés bien mais rétablir une réelle vocation des profs c’est ausssi bien.Je pense qu’il faut toujours nuancer la réalité.Des profs qu’on assassine… mais des élèves aussi qu’on assassine également en les dévalorisant notamment au collège, en les abandonnant (pas manque de dispositif d’aide aux devoirs, tutorat) Si le social n’explique pas tout, leur origine non plus.Le but n’est pas de chercher des coupables mais de trouver des solutions et ces dernières sont multiples et mesurées: élèves, profs, famille, CPE…

    RépondreSupprimer